Ah la fameuse cystite de la jeune mariée… ! Pourquoi lorsque j’ai des relations sexuelles qui me font du bien, ma vessie réagit ? Pourtant faire l’amour avec l’être désiré et aimé devrait me donner une énergie positive, faire circuler les bonnes ondes et hormones : alors pourquoi se retrouver avec une maladie ?

Cet article donne quelques clés de lecture naturopathiques de la cystite récidivante chez la femme. Quand la maladie récidive, on ne peut plus faire abstraction du malade, de son histoire, de ce qu’il est, car, dans tous les cas, la maladie récidivante est une expression propre à sa personnalité. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle revient de façon répétitive… (1)

En naturopathie on examine d’abord le terrain : l’état de santé et de vitalité. Les médecins disent que les cystites sont occasionnées par la prolifération dans la vessie de bactéries présentes dans notre gros intestin (Eschérichia coli entre autre): c’est ce qui est recherché dans les analyses d’urine. Or, les bactéries ne font que se développer sur un terrain, indiquant que celui-ci n’est plus sain.  Lorsque l’on a une cystite ponctuelle ou récidivante, il est bon donc de faire le point sur l’état de notre gros intestin ainsi que sur celui du système rénal et urinaire et d’envisager un bon nettoyage des deux, par une cure détox, des plantes, huiles essentielles et l’extrait de pépin de pamplemousse, formidable antibiotique naturel.

Néanmoins, les médicaments chimiques ou les remèdes naturels ne sont pas capables d’empêcher les récidives : ils savent vous soigner quand vous êtes malade mais ils ne savent pas toucher au processus qui provoque la maladie. C’est pourquoi, je vous propose d’autres clés de lecture des cystites.

D’un point de vue énergétique, voilà comment peut s’expliquer le démarrage d’une cystite : L’excitation sexuelle, qui est une énergie du feu de la vie, empiète obligatoirement sur l’appareil urinaire. Quand cette énergie peut circuler comme elle se doit, que la femme est sécurisée et confiante en elle-même pour se laisser aller au plaisir de la rencontre, cette énergie, spontanément attirante et accueillante, passe naturellement par le vagin pour se rendre dans l’utérus. Lorsque cette énergie sexuelle est déviée par le manque d’éducation, le cours naturel de cette énergie stagne ou s’inverse et cela donne des maladies infectieuses.
Dans la cystite toute l’énergie sexuelle reste focalisée en dehors du sexe. Au lieu de pouvoir remonter dans le vagin et l’utérus, elle remonte dans l’urètre et la vessie.

Il y a donc lieu d’apprendre à lever les barrières conscientes ou inconscientes liées au plaisir, lorsque l’on a des cystites et à apprendre à faire circuler l’énergie par des pratiques taoïstes, le qi gong ou encore le yoga.

Et en parallèle se poser les bonnes questions sur notre sexualité, Danièle Flamenbaum, nous y invite dans ces termes :

L’amour et les sentiments ne suffisent pas à faire vivre notre sexe. Aimer un homme ne supprime pas les émotions emmagasinées dans l’enfance ou avant la naissance sous forme d’interdits et d’inhibitions, qui y font barrage. En matière de plaisir et de jouissance sexuelle, l’héritage que que nous ont transmis nos mères, incapables de nous expliquer ce qu’est une femme, est toujours actif. La femme, encore aujourd’hui, continue de méconnaitre son sexe. Elle a toujours peur du sexe de l’homme. Par peur de lui être soumise, elle n’ose pas y voir un objet de plaisir à découvrir et à honorer, alors qu’il est évident que les sexes sont faits pour s’emboiter, et que cet emboitement procure du bienfait et fête la vie.

Vous aurez donc plusieurs techniques et solutions naturelles pour résoudre vos cystite : ce n’est pas une fatalité !

(1) : les parties en italique sont issue du livre : Femme désirée, femme désirante de Danièle Flamenbaum.